Votre panier : 0,00 EUR
COKLICO

Coklico

Vêtements Femmes Grande Taille Originaux et Petite Taille

LA PETITE MARQUE QUI MONTE

Coklico, qui sommes nous ?

Afin que vous nous connaissiez mieux, je vais vous raconter l'histoire de coklico.

Il était une fois une famille qui vivait dans la banlieue parisienne. Amoureuse de Pagnol, de Giono, de la Ste Victoire et de la douceur de vivre en Provence, la maman ne rêvait que d'une chose : vivre au bord de la grande bleue. Mais le mari, les enfants, n'étaient pas du tout du même avis. Ils avaient leurs amis, leur job, des habitudes. Les animaux nous ignorions leur opinion;-) Alors la maman, moi, écrivait des livres, le papa faisait l'important dans les banques en prise avec la traque de l'argent terroriste et ils s'occupaient ensemble des enfants devenus grands, des chats, des chiens...

Mais je n'abandonnais pas ce rêve : vivre un jour là bas, au pays des olives, au milieu de ma tribu.

Et puis, parce la que la vie vous joue souvent des tours de cochon, un jour de février 2010 un cardiologue nous appris que mon fils aîné, Benjamin, avait une grave cardiopathie. Pire, deux cardiopathies. Sans symptôme, sans alerte, juste il pouvait un jour s'écrouler et ne jamais se relever. Dans la famille pendant quelques jours tout le monde s'est effondré. Nous avons perdu le manger, le sommeil, au bord de la folie. Les mois passèrent. Un matin Benjamin me dit « Maman puisque je ne sais pas combien de temps je vais vivre, partons en Provence, tous ensemble puisque c'est ton rêve ». Dans le même temps, il tomba amoureux d'une Céline qui très vite attendit un bébé. Alors nous fîmes nos bagages, nous avons quitté nos jobs, j'ai cessé d'écrire des livres, nous avons tout changé. Nous avons effacé nos ardoises et nous sommes partis tous ensemble en enfilade sur l'autoroute vers la grande bleue et cette Provence que j'aime tant.

Nous avons pour commencer planté notre barda dans les collines vençoises puisque Benjamin était le seul qui avait trouvé un travail, à Nice.

Mais il n'est pas possible de vivre d'amour et d'eau fraîche. Alors comme j'ai toujours aimé les jolis vêtements, pleins de couleurs, j'ai décidé de créer Coklico. Ces vêtements en matière naturelle, cette explosion de couleurs étaient en parfaite adéquation avec la joie que chaque jour j'éprouvais en regardant éclater la nature autour de nous. Le site vit le jour lors de la naissance d'Eliott, le premier né de Benjamin, en juillet 2012. Ce bébé fut une renaissance pour nous tous, un pied de nez à la vie et un grand saut à pieds joints dans l'avenir. Notre réconciliation avec la vie. Et la promesse de lendemains qui chantent. Et Coklico est un symbole aussi fort pour nous : la possibilité de vivre où nous voulons, loin de la fureur et du bruit, tous ensemble, façon tribu sans dépendre d'un éditeur, d'un patron. Bien sûr nous avons gagné beaucoup moins d'argent mais ça n'est pas si important.

Voici comment Coklico vit le jour, en même temps qu'Eliott, notre petite revanche sur l'adversité. Elle est rigolote la vie, elle nous ouvre des fenêtres après nous avoir fermé tant de portes.

Depuis nous avons fini par nous installer dans la vraie Provence entre mer et collines. 3 autres bébés ont vu le jour : Manon, Sasha et Tommy, enfants de Benjamin et Jonathan. Ils grandissent tous ensemble ici, au pays de Pagnol. Ils découvrent les animaux, les fleurs, les collines, les calanques, ils sont éclatants de vie, notre bulle de bonheur.

Et petit à petit Coklico a grandit. Nous n'avons jamais pu faire beaucoup de publicité, n'ayant pas les fonds, nous y parvenons petit à petit. Nous ne serons jamais millionnaires et pourtant nous sommes riches parce que nous sommes une famille. Qui a tenu le coup, envers et contre tout et qui a su rebondir quand la vie nous avait mis à terre, éclatés sur l'asphalte de l'adversité.

Je voulais tant raconter cette histoire, notre histoire, celle de notre famille, que j'ai signé chez un éditeur parisien un contrat pour « Les aventures extraordinaires de la famille Rapaton ».Puis l'éditeur a déposé le bilan. Mais je continue petit à petit, entre deux photographies, deux mises en ligne et quelques colis à l'écrire et il sera publié au plus tard à la fin de cette année. En voici quelques extraits.

C'était l'histoire de Coklico. Une histoire qui ne fait que commencer et que nous espérons partager avec vous.

Catherine Szaibrum

L'équipe historique de Coklico

Coklico, découvrez la collection été 2018

Petit  aperçu en images...